Rencontre Avec ALEXIS ROUSSEAU-JOUHENNET, Directeur de la communication de Châteauroux Métropole et de Châteauroux Berry Tourisme

Castelroussin d’origine, Alexis Rousseau- Jouhennet a obtenu sa licence d’Histoire au Centre d’Etudes Supérieures de Châteauroux avant de terminer son cursus universitaire à Orléans. Après l’obtention d’un Master Conseil Politique et Communication, il « s’exile » à Saint-Germain-en-Laye. Il revient « au pays » en 2014, lorsque peu après son élection comme maire de Châteauroux, Gil Avérous le nomme directeur de la communication. Depuis février 2016, Alexis Rousseau-Jouhennet cumule cette fonction avec celle de directeur de Châteauroux Berry Tourisme. Nous avons souhaité le rencontrer pour évoquer avec lui la partie culturelle de son travail.

Quel pourcentage de votre temps occupe la communication culturelle ?

En tant que directeur de la communication, elle occupe bien 25% de mon temps de travail. Nous valorisons tous les événements que l’on retrouve dans nos établissements culturels, que ce soit pour le conservatoire, le réseau des bibliothèques, l’école municipale des beaux-arts et pour les musées. Ce sont nos quatre établissements culturels phares. Nous intervenons également en matière de programmation et de promotion de festivals. Je pense notamment au festival Darc qui a lieu au mois d’août ou aux Lisztomanias (NDRL : rencontres internationales en hommage à Franz Liszt qui se déroulent chaque année autour de la fin octobre).

À quoi ressemble une semaine d’Alexis Rousseau-Jouhennet ?

C’est la folie. Aucune semaine n’est identique à la précédente. Je passe deux demi-journées à l’Office de Tourisme et le reste du temps, je suis en mairie. Généralement, je travaille de 9h à 21h avec des journées très chargées en rendez-vous. Le soir et le week-end, de chez moi, je passe aussi pas mal de temps à gérer les réseaux sociaux ou à faire de la veille.

Quel est votre budget de communication culturelle et comment est-il utilisé ?

Il n’y a pas de budget de communication proprement dédié à la culture. Je gère une enveloppe globale qui est répartie en fonction de nos besoins, (matériel, créations print, insertions publicitaires, goodies…). Entre 35 à 40% du budget communication est consacré à la culture.

Boutique Châteauroux Berry Tourisme - ALEXIS ROUSSEAU-JOUHENNET

En 2015, les services de la Communauté de l’Agglomération Castelroussine et ceux de Châteauroux se sont réunis pour former Châteauroux Métropole. Dans quelle mesure cela a-t-il changé vos habitudes en matière de communication culturelle ?

Le principal changement, c’est que nous sommes passés d’une communication municipale à une communication de territoire. Nos événements sont promus dans un magazine à l’échelle de quatorze communes, et non plus seulement dans le magazine de la ville. Il en va de même pour la page Facebook de Châteauroux Métropole qui valorise dorénavant les évènements de l’ensemble des communes de l’agglomération castelroussine. Enfin, le logo de Châteauroux Métropole figure désormais sur l’ensemble de nos supports de communication.

Quelle est votre stratégie pour que les Castelroussins soient fiers de leur ville ?

Je prête une grande attention aux réseaux sociaux qui constituent mChâteauroux Raoul 2 - Gillard et Vincent, Châteauroux Métropole, date illimitée. Châteauroux - ALEXIS ROUSSEAU-JOUHENNETon cheval de bataille. Cela semble fonctionner puisque sur la seule page Facebook de la ville, nous sommes passés de 2.000 à plus de 17.000 abonnés depuis mon arrivée. J’essaye aussi de jouer énormément sur l’image à travers le réseau Instagram, en publiant quotidiennement des photos insolites du territoire. Cela amène un autre regard sur la ville. Des personnes prennent des photos lors de balades et nous les envoient. Nous les publions et nous qualifions ces citoyens d’ambassadeurs.

Vous êtes un enfant du Berry. Est-ce plus facile de valoriser un territoire dont on est originaire ?

Oui, cela m’aide grâce à ma connaissance des lieux, des réseaux et du caractère berrichon. Je suis fier de la richesse de notre territoire et de la qualité de vie proposée ici. Nous n’avons pas à rougir de notre territoire bien au contraire !

Est-il simple de valoriser Châteauroux auprès des autres villes de la région ?

Châteauroux - ALEXIS ROUSSEAU-JOUHENNET

Le fait que Châteauroux soit située au sud de la région Centre-Val-de-Loire est une difficulté non négligeable qui a pourtant tendance à être oubliée. Pour autant, il y a une dynamique nouvelle. Les rumeurs de fusion entre l’Indre et le Cher laissent pressentir que quelque part, l’Indre se réveille et que son chef-lieu de département devient de plus en plus attractif. C’est peut-être l’aspect chauvin qui parle (rires). On entretient de bonnes relations avec les élus régionaux et les confrères d’autres villes. Après, je ne vais pas cacher qu’il y a une image à rattraper, mais on a de belles choses à montrer de nous maintenant.

Vous parlez de faire évoluer l’image de la ville. Comment cette volonté se manifeste-t-elle concrètement ?

Pour moi, le bon dosage reste à la fois des actions de terrain et puis beaucoup de savoirs. L’utilisation des réseaux sociaux joue un rôle majeur dans la stratégie mise en place il y a trois ans. Depuis, on a doublé, voire triplé notre activité dans ce domaine. C’est plutôt positif ! Je suis particulièrement fier de nos résultats sur Instagram. Le classement de l’Observatoire des réseaux sociaux nous place première des agglomérations de France en terme de bonne gestion du réseau.

Châteauroux - ALEXIS ROUSSEAU-JOUHENNET

Si je passais quelques jours à Châteauroux, que me conseilleriez-vous en termes de sorties culturelles ?

D’abord, je vous emmènerais au Musée Bertrand. Il présente de très riches collections, notamment une dédiée à l’ère napoléonienne. On vient d’adhérer au réseau Ville impériale et cela nous inscrit dans des circuits nationaux. Ensuite, vous devriez vous promener dans la vallée d’Ebbes où de nombreuses activités sont proposées. Il faut enfin prendre le temps de découvrir le vieux Châteauroux et ses différentes rues pavées.

Je pourrais résumer la ville par le mot surprise. En effet, les gens arrivent souvent à Châteauroux en ayant un a priori négatif de la ville. Mais cette image est sans lien avec la réalité et, bien souvent, ils sont agréablement surpris.

Propos recueillis par Valentin Blanc