Si cet artiste ne vous est pas inconnu, c’est que vous l’avez peut-être déjà aperçu l’hiver dernier dans l’émission À vos pinceaux, proposée par France Télévisions. Bien plus qu’un candidat à une télé-réalité, Lio est un artiste tourangeau dont la peinture pop et colorée nous a donné envie de lui confier la Une de ce numéro. Portrait.

Né en 1987 dans le treizième arrondissement de Paris, il passa son enfance en Guadeloupe, d’où ses parents sont originaires, et ne revint en métropole qu’à l’âge de 18 ans. Avant de se tourner vers la peinture, Lio ou Lionel pour l’état civil, fut étudiant en médecine. Il ira jusqu’en troisième année mais abandonnera avant la fin du cursus.

Serge Gainsbourg par Lio

Son nom d’artiste a forcément causé quelques quiproquos. « Un jour, je venais répondre à une interview à la radio et le journaliste pensait vraiment que c’était la chanteuse qui allait venir. L’interview était un peu étrange puisqu’il n’avait préparé aucune question », confie le peintre non sans humour.

Autodidacte

Sa passion pour la peinture est plutôt récente puisque cela fait seulement trois ans qu’il manie le pinceau et… la carte bleue, l’un ses principaux outils de travail ! « C’est une carte bleue valide, je suis obligé de la nettoyer après. C’est une sorte d’engagement artistique que de rappeler que cet objet indispensable pour beaucoup n’est en réalité qu’un bout de plastique », explique-t-il.

Avec peu d’années de pratiques et aucune formation technique, Lio est un véritable autodidacte. « C’est assez incroyable mais j’ai toujours su que je pouvais peindre, même si je n’avais jamais essayé », raconte Lio.

À peine investi dans cette nouvelle activité, il lui a fallu rapidement pouvoir en vivre. « J’étais au pied du mur. Il fallait que je parvienne à vendre des tableaux », se souvient-il.

Hendrix par Lio

Une alchimie entre le portrait  et la couleur

Lio s’essaye à d’autres formats que le portrait, mais l’essentiel de ses œuvres se concentre dans ce domaine. Ses tableaux n’ont pas vocation à être porteurs de message, si ce n’est de transmettre un sentiment, bon ou mauvais.

« Je préfère donner mon avis lors de discussions en prenant le temps d’exposer mon opinion. Je suis quelqu’un d’engagé, mais mes œuvres ne le sont pas », explique l’artiste.

Les couleurs que Lio utilise dépendent surtout des moyens dont il dispose. « Je n’ai pas la chance d’être sponsorisé ou d’avoir toute une palette de couleurs, sinon j’imagine que je peindrais toute la nuit », plaisante le peintre. Lio décide du portrait qu’il va réaliser une fois son fond terminé. Il recherche ensuite une image correspondant à son fond.

« J’ai peint Brel en écoutant du Brel »

Le premier portrait réalisé par Lio fut Dali. Il s’en est suivi une série d’autres grandes figures artistiques et politiques : Jimi Hendrix, Lino Ventura, Romy Schneider, Barack Obama ou encore le général de Gaulle, pour ne citer qu’eux. Quelques modèles sont une véritable source d’inspiration artistique. « J’ai une vision artistique très rapprochée de celle de Jacques Brel, que j’ai découvert en l’écoutant alors que je le peignais. J’ai peint Brel sur du Brel ! De même pour Armstrong et Hendrix. J’ai l’impression qu’une partie des personnes que je peins entre en moi lorsque je réalise leur portrait », confie le Tourangeau.

Stromae par Lio

La peinture en fil rouge de ses activités

Véritable passionné, Lio produit une centaine de peintures à l’année. Et quand on lui demande s’il lui arrive d’avoir des périodes creuses, le peintre répond qu’il considère cela comme une partie intégrante de sa recherche.

Difficile aussi de savoir quand une toile est terminée. Lio préfère la déposer au magasin de cigarettes électronique Tours N Vape, où il est exposé à Tours afin de ne plus y toucher. Le plus important pour lui est surtout d’équilibrer le jeu des couleurs. « Je vois cela comme une énigme à résoudre plutôt qu’un problème en soi », expose l’autodidacte.

Bien que Lio peigne surtout la nuit, il lui arrive de peindre aussi sur scène dans le cadre de son spectacle, The Soul Circus. « Je n’ai pas voulu faire un spectacle seul. Nous sommes cinq artistes sur scène, un danseur, un musicien, deux chanteuses et moi-même qui peint deux ou trois toiles en direct », nous éclaire-t-il.

Concernant la vente de ses tableaux, Lio précise qu’il y en a pour tous les budgets. Le peintre reste attaché à la direction que prendra sa toile et cela prime sur le reste.

Un regard mitigé sur son passage à la télévision

Sa participation au concours télévisé de peinture, À vos pinceaux, lui a permis de côtoyer d’autres artistes et de gagner en notoriété, notamment grâce à la diffusion dans d’autres pays francophones. Cela étant, Lio regrette quelques peu l’aspect télé-réalité et le manque d’explications sur son travail. « C’est important pour un artiste de pouvoir expliquer ce qu’il fait. Tout a été enregistré, mais pas forcément conservé lors du montage », regrette-t-il.

Assurément, cette émission a contribué à la diffusion de ses œuvres, même si certaines avaient déjà voyagé hors des frontières françaises. « J’ai des tableaux un peu partout dans le monde : Miami, Londres, Paris, quelques-uns en Afrique et peut-être bientôt en Asie j’espère », explique le jeune homme.

Jacques Brel par Lio

Un intérêt pour le cinéma et la cuisine

À l’avenir, Lio ne veut pas se contenter de la peinture comme seule discipline artistique. « Le cinéma m’intéresse. Tout est toujours bien trop propre dans les décors ou les personnages, je voudrais faire plus de place à l’instinct et à l’improvisation », projette-t-il.

Le peintre est aussi un passionné de cuisine. « Rien ne va mieux à la peinture que la cuisine. Quand j’y réfléchis, en mélangeant des couleurs, je fais la même activité qu’un chef qui mélange des saveurs », analyse l’artiste.

Bien qu’il ait quelques envies de trouver des alternatives à son art, l’artiste tourangeau reconnaît ne pas avoir de chemin tout tracé. Il explique : « J’aime bien subir ma vie artistique. Je vois cela comme un tableau spontané. Depuis trois ans, j’ai pu créer mon spectacle, collaborer avec le rappeur Guizmo, sans compter mes centaines de toiles. Je me laisse porter par la peinture. Elle reste obsessionnelle ». Alors bien malin celui qui devinera de quoi son avenir sera fait !

Valentin Blanc

LIO
Peintre
Lieu d’exposition : Tours N Vape
Plus d’informations :
Sur Facebook
five_points@hotmail.fr

Articles similaires