Jour 1 : L’arrivée

Arrivé sur le Printemps de Bourges 2017 ce mardi vers 19h, je commence par faire un tour des stands et des scènes off histoire de prendre la température. Je découvre une météo fraîche mais des festivaliers biens chauds. On est seulement mardi mais l’ambiance promet !! Un bon point pour les organisateurs : Florian, habitant du coin et fervent pratiquant du festival me précise que les off ont été couverts en cas de pluie.

Comme toujours sur le Printemps de Bourges, vous trouvez des stands avec des objets en tous genres (on se croirait dans la caverne d’Ali Baba) mais aussi des points restaurations avec un choix très varié. Vous pouvez même avoir la chance (ou pas !) de rencontrer David et Dany, deux hypnotiseurs « efficaces » qui vont feront vivre de drôles d’aventures.

DSC_0098 1492543791001

Pour l’ouverture du festival, plusieurs possibilités s’offrent à moi : une comédie française, un concert de Renaud ou une programmation musicale éclectique au 22. Étant plus musique que théâtre, je me suis porté sur le dernier choix. (et puis j’ai arrêté d’aller voir Renaud depuis qu’il a embrassé un flic…)

Au 22, la programmation colorée et puissante a amené différents types de festivaliers : des 30/40 ans venus pour Carpenter, des inconditionnels de l’afro-rock pour Jupiter et Okwess ont croisé des jeunes présents pour French Fuse et des croqueurs de basse transcendantale venus taper du pied sur le son de Rebeka Warrior (sexy sushi dj set). Cette dernière a commencé dans un style minimal avant d’aller vers la trance Goa et de finir sur de la hard tech. Ce n’était que l’ouverture du Printemps de Bourges mais le dancefloor a chauffé !!!

Jour 2 : Le Printemps monte d’un cran

Même la journée, le Printemps de Bourges est un lieu féerique que l’on pourrait croire sorti de l’imagination des meilleurs écrivains de science-fiction. Celle d’hier, mercredi, fut intense en surprises, rencontres et musique.

En se promenant dans les off, j’ai tout d’abord rencontré un lapin proposant des câlins gratuits à ceux qui le souhaitent. À la vue du nombre de câlins distribués, je peux vous dire que les gens en ont besoin.  Peu de temps après je me suis retrouvé à discuter avec un groupe de karma-yogi chantant et dansant à l’entrée du festival. Contre une petite donation, ils t’offriront de l’encens et un livre de méditation « Par-delà la naissance et la mort » ou comment atteindre un autre monde, situé au-delà du monde matériel. Un monde merveilleux, éternel, où tout n’est que félicité. À méditer…

Le Printemps de Bourges, c’est aussi de la musique gratuite la journée sur des scènes ainsi que dans les bars. Les concerts se succèdent, avec comme point commun cette année du rock, à toutes les sauces, à l’image des membres du groupe Mojow, qui ont joué trois fois dans la journée sur des scènes différentes. Ce trio a fait danser la rue au Central Bar, sur des airs rockabilly, impossible de ne pas sourire et se déhancher ! Mojow porte bien son nom, ils nous l’ont donné !

Après cette journée bien remplie, place à la nuit ! Hier soir, c’était le retour de Placebo sur la scène du W où il a joué une première partie sur des rythmes plutôt mélancolique avant d’embrayer sur une deuxième partie de set plus pêchue. Pour sublimer sa musique, il utilise efficacement des effets visuels saisissant. Les fans se sont régalés.

Mention spéciale pour la P’tite Fumée, groupe de trance instrumentale, dans la lignée de Hilight Tribe, dernier groupe des scènes gratuites. Malgré le froid mordant, ils ont su enflammer la foule. Au 22, c’était l’occasion de sortir de son igloo avec Inûit, une chanteuse à la voix douce accompagnée de ses cinq musiciens envoyant des rythmes pêchus. Enfin, la soirée s’est terminée par Lysistrata. Tous dans la salle sont restés fixés sur leurs talons, transpercés par l’énergie de ces trois jeunes maîtrisant parfaitement leurs instruments et leurs voix avec leurs riffs puissants accompagnés de chants. Très impressionnant ! À surveiller car ils vont aller loin !

Jour 3 : Encore une journée sous le signe du soleil

Le Printemps de Bourges est décidément bien verni. Une fois n’est pas coutume, cette semaine c’est soleil pour tous !!

DSC_0133

Ce jeudi, j’ai déambulé dans les stands et le off du Printemps de Bourges. J’ai pu me restaurer le midi dans un Indian Food tout en discutant avec un jeune rappeur venu délivrer son message. Selon lui, « le rap doit rester un moyen d’expression à l’opposé de ce que réalise la nouvelle génération de rappeurs médiatisés». De scènes en stands bigarrés, j’ai pu voir « Les filles de Illighadad », du blues touareg joué par deux femmes, fait rare car la guitare est traditionnellement réservée aux hommes chez le peuple du désert. Une première tournée européenne pour ces deux guitaristes. Bravo et belle continuation.

J’ai pu apprécier l’afrobeat électro d’« Albinoid sound system », du chant et de la batterie sur des samples de Féla Kuti, faisant danser les quelques personnes présentes et sublimant ce couché de soleil sur le festival. Une exposition sur les quarante ans du punk est ouverte à tous. Vous pourrez assister à des conférences sur le mouvement punk. Les amateurs de musique ont la possibilité d’acheter des vinyles de tous genres musicaux. Au grand plaisir des enfants et des parents, des ateliers autour du son et des technologies sont à disposition. Tout cela amène des sourires et peut-être aussi des vocations.

DSC_0147     DSC_0131

Le soir, j’ai assisté au concert de HER et ils ont été magistraux ! Passant de chants a cappella à des musiques rythmées et entraînantes, ils ont affiché une belle maîtrise de leurs instruments et du jeu scénique. En rentrant, je me suis retrouvé au Pub Marceau, ce lieu où se réunissent ceux qui ne veulent pas dormir quand les concerts et off se terminent. Un DJ était là pour enflammer le rond-point, la basse du dub vous fait vibrer la cage thoracique. Certains font même de l’escalade sur les enceintes. Le son était tellement bon que des canassons et leurs montures se sont invités à la fête…

Jour 4 et 5 : Le soleil et le Printemps de Bourges à son apogée !

Ce week-end, sur le Printemps de Bourges, la température était estivale. Les familles ont déambulé dans les rues, pour acheter des épices, se sensibiliser au circuit court ou encore chiller dans les parcs où des scènes gratuites avec transats étaient prévues.

La programmation musicale du week-end était impressionnante, avec un Happy Friday costaud, Calypso Rose, Deluxe, Fakear, Panda Dub… On ne s’est pas ennuyé !!! Avec néanmoins un petit bémol technique avec une coupure générale sur Deluxe. Le concert devait reprendre mais ce ne fut pas le cas, on n’a pas eu la chance d’assister à Feder.

DSC_0115DSC_0174DSC_0101DSC_0124DSC_0156

La programmation de la soirée techno n’était pas des moindres avec Petit Biscuit, Mr Oizo, Molécule venu présenté son nouvel album enregistré et mixé sur un chalutier en campagne de pêche dans la mer du Nord, sans oublier Vitalic… Énorme !!!

Quelques chiffres pour bien visualiser l’importance du Printemps de Bourges :
– 130 artistes dans les salles,
– Plus de 100 concerts sur les scènes extérieures,
– Plus de 250 concerts dans les bars de la ville,
– Près de 80000 places délivrées,
– Une équipe de 1300 personnes pendant le festival,
– Plus de 200000 festivaliers dans les rues.

J’ai passé une semaine incroyable, pleine de belles rencontres et découvertes musicales, merci à l’équipe du Printemps de Bourges pour leur accueil, et bravo !

Johan Lyonnette